L’Alsace en 1945: un drôle de Doisneau

Robert Doisneau découvrit l’Alsace à l’automne 1939, en habits militaires. Mobilisé pendant la « drôle de guerre », le jeune photographe a froid et c’est peu dire qu’il ne se sent pas bien dans la peau d’un soldat. Réformé après un diagnostic de risque de tuberculose, il est renvoyé dans ses foyers de Montrouge avec de mauvais souvenirs. La guerre finie, Doisneau retrouve l’Alsace à l’été 1945, deux mois après l’armistice. Ce deuxième voyage intervient sans doute en réponse à l’invitation d’un imprimeur-éditeur de la région, qui aurait envisagé un ouvrage d’illustrations « pour parler de l’Alsace de façon positive ». Telle est du moins la supposition avancée par un historien du cru. Le projet, quel qu’il fut, resta en effet sans suite. Il faudra attendre 2008, bien après le décès du photographe, pour qu’une publication voie le jour à l’initiative de l’Atelier Robert Doisneau, la structure créée par ses filles pour valoriser son oeuvre.

© Atelier Robert Doisneau/Editions Flammarion

Ce lot d’images, cohérent mais intrigant, voire légèrement décalé, par rapport aux facettes plus connues de son auteur, est réédité aujourd’hui par les Editions Flammarion (*). Il est accompagné de textes qui soulignent la situation particulière de l’Alsace au moment où Doisneau fixa ces images sur la pellicule.

Annexée de facto par le Reich en novembre 1940 en violation des accords d’armistice du mois de juin et abandonnée par le régime de Vichy, l’Alsace abritait alors des partisans de l’autonomie qui se rallient au régime nazi, tandis d’autres habitants choisissent la Résistance. Des fractures profondes en résultent. Les Alsaciens deviennent brutalement sujets du Reich. Certains sont jugés « indésirables » et expulsés, d’autres envoyés en Allemagne en « rééducation ». Par ailleurs, 300,000 habitants de la région de Strasbourg et des rives du Rhin avaient été déplacés par les autorités françaises dès septembre 1939. Ces populations transférées vers le sud-ouest ou le centre de la France seront mal perçues par les « Français de l’intérieur ».

Une partie des exilés choisira de rentrer après l’armistice et la propagande allemande aura soin de leur souhaiter la bienvenue. Les « élites » déplacées ou exfiltrées, quant à elles, ne retrouveront l’Alsace qu’après la Libération. Les incorporations de force dans l’armée allemande nourriront pour longtemps le ressentiment et l’incompréhension parmi et envers les Alsaciens. Dans l’histoire et la mémoire de ces territoires déjà perdus et récupérés dans le passé viendront se greffer le drame des disparitions, les faits de collaboration dénoncés ou non, les lâchetés occultées ou niées. Un camp de concentration et d’extermination existait dans le Bas-Rhin pendant l’occupation et la région abrita puis vit tragiquement disparaître l’une des plus importantes communautés juives de France. La honte et l’amertume sont donc bien vivaces derrière le soulagement qui survient en 1945. Le retour à la stabilité ne va pas de soi: l’usage du français, par exemple, devient la règle alors que les trois quarts de la population ne parle pas la langue. L’heure est aux règlements de compte. L’Alsace, en somme, est un chaudron et beaucoup de souvenirs seront enfouis sous le tapis.

Châtenois, La porte du château. © Atelier Robert Doisneau

Le texte d’introduction aux images de Doisneau, déjà montrées dans des expositions, est donc indispensable. Il doit être lu dans toutes ses nuances, d’autant que les photographies ne rendent pas vraiment compte, ou fort peu, du contexte difficile et douloureux du moment des prises de vues. Et c’est bien ce qui fait non seulement l’intérêt du reportage de Doisneau mais aussi la surprise qui s’en dégage. Car les stigmates de la guerre n’apparaissent guère et l’époque était forcément loin d’être aussi paisible que le suggèrent les photographies.

Les religieuses de Ribeauville, 1945 © Atelier Robert Doisneau

Les personnages ici alternent avec un cadre de vie bucolique ou urbain dans une atmosphère de calme. Doisneau se fait résolument paysagiste en même temps que documentariste. Nous savons certes qu’il n’était pas homme à rechercher ou vouloir figer une scène de vengeance sur fond d’épuration mais son reportage dans cette Alsace meutrie et divisée fleure carrément bon le terroir. Il s’attache aux particularismes des costumes et de l’habitat. Les destructions et les traces de barbelés ne sont que rarement représentées (où est-ce le fait de la sélection?). « Voulait-il démontrer que cette région symbolique était aussi belle que française? », s’interroge Vladimir Vasak. S’agissait-il simplement de répondre à une commande de ce type dans le contexte de la Libération et du retour à la paix? L’hypothèse paraît valide mais les archives de l’imprimeur-commanditaire supposé ne sont d’aucune utilité à ce égard.

La publication originale de 2008.
© Editions Flammarion

Les images évidemment sont belles, les nuances de gris sont parfaitement rendues et Doisneau, dont l’honnêteté du regard n’est bien sûr pas en cause, fait preuve d’un sens impeccable de la composition. Mais la malice coutumière du photographe n’éclate pas comme ailleurs dans son oeuvre. L’attachement aux enfants et aux gens âgés est présent mais nous ne sommes pas en banlieue ni entre habitants complices d’un même quartier. Il y a certes des sourires et des jeux mais aussi peut-être une certaine distance, même si cette impression tient sans doute à la comparaison avec tout ce que nous connaissons par ailleurs du photographe. Et l’inédit surgit avec le château de Ribeaupierre figurant dans un paysage en tryptique tel qu’on ne s’attendrait pas à le trouver dans un livre de Doisneau.

Ce projet avorté en cette époque lointaine recèle donc une part de mystère mais aussi d’originalité. Avec ses textes pointus et les images relativement atypiques de Doisneau, l’ouvrage permet de mieux comprendre une région à travers une phase délicate d’un passé qui fut, depuis 1945, parfois difficilement assumé dans tous ses aspects. Et c’est aussi la complexité et les visages plus contemporains de l’identité alsacienne qui s’en trouvent éclairés. Une réédition bienvenue.

(*) Robert Doisneau. Un voyage en Alsace 1945. Textes de Vladimir Vasak avec le concours d’Anka Wessang. Editions Flammarion, 136 pages, 170×220 mm, 100 illustrations, broché, 15 €. Sortie le 5 mai 2021.

Deux expositions Doisneau

Pour la réouverture tant attendue de nos lieux culturels, une exposition Robert Doisneau se tiendra à partir du 19 mai au Château de Sully-sur-Loire sur le thème « La Loire, journal d’un voyage », avec un catalogue enrichissant (images et textes) édité par Baluze.

Et puisqu’un bonheur ne vient jamais seul et que les beaux jours reviennent « Allons voir la mer avec Doisneau », une exposition autour du livre édité par Glénat, s’ouvrira en ce mois de mai 2021 (se renseigner pour confirmation) au Musée maritime de La Rochelle.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.